• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

7219

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur

En un clin d’œil [586]

1964 précisément | Jean LE DU

Film amateur | Bretagne
    • Genre
    • Fiction
    • Durée
    • 00:14:00
    • Coloration
    • Noir & Blanc
    • Format durée
    • CM - Court métrage
    • Format original
    • Film 16 mm
    • Son
    • Sonore
    • Descripteurs
    • Criée - Guilvinec (29) - Locronan (29) - Tourisme individuel
Carton "CCAC Quimper"
Une voiture roule sur une route de campagne.
Titre "Un clin d’œil", "Commentaire de J. Bedouet »

Sur la voix-off du protagoniste qui raconte leur périple, la voiture se gare devant une église, à côté d’autres voitures (Locronan). PR Une femme et un homme sont assis dans la voiture, la femme se recoiffe. L’homme est sorti de la voiture, casquette sur la tête, il regarde l’église.
Le couple et son fils font les boutiques touristiques du village. Ils s’arrêtent devant une étale de cartes postales, tenue par une bigoudène en tenue traditionnelle. L’homme tient sa pipe à la bouche. Les parents ont acheté une casquette à leur fils, ils lui posent sur la tête, ainsi qu’une vareuse que l’homme enfile. Sa femme lui pose sa casquette sur la tête et réajuste sa tenue. Le couple hésite entre deux coiffes bretonnes.

L’homme et son fils se dirigent vers un sculpteur sur bois à son établi, devant une buvette. Ils s’approchent de l’établi et engagent la discussion. GP Le sculpteur, cheveux en bataille au vent. GP L’homme, casquette sur la tête et pipe à la bouche, de profil. Le sculpteur décide de faire son portrait, découpé dans une feuille noire. GP Le petit garçon regarde, mâchant son chewing-gum. GP Les ciseaux qui découpent le papier. GP Visage de l’homme modèle. Le sculpteur glisse le portrait dans une petite pochette plastifiée transparente, la met en perspective de l’église. L’homme semble content, acquiesce, un petit rictus le prend. Le sculpteur regarde le portrait.

La famille sort de l’église, le curé leur indique, à l’aide de son bâton, le calvaire à admirer. GP Le calvaire, chacun regardant le calvaire. TGP Visage du curé qui parle. PE Le calvaire.

Une rue centrale ouvrant sur une cathédrale, une voiture quitte le village et emprunte une route de campagne.

Le Guilvinec. En bord de mer, deux femmes en tenue traditionnelle sont assises.
La famille visite un port de pêche, les bateaux rentrent de la pêche. La famille se tient sur le quai, observant. Un bateau accoste. Un chien attend sur le quai, impatient. La femme discute avec une femme âgée sur le quai. Les pêcheurs déchargent les caisses de poissons. Les touristes regardent. PR Un bateau de pêche à travers des filets.
L’homme, regardant à travers ses jumelles, pose pour que sa femme le prenne en photographie. Son toc est de nouveau visible, il cligne de l’œil. GP La femme.
La famille rejoint des habitants et touristes qui accueillent les pêcheurs et leur pêche. Une femme âgée prend des tourteaux dans ses mains. Deux pêcheurs poussent un cargaison chargée sur le quai.

A la criée, les bacs de poissons sont installés les uns à côté de autres, classés par taille et par espèce et numérotés par lots. Les acheteurs sont regroupés vers le fond de la pièce. Les pêcheurs installent les bacs, un poisson est étiqueté « blessé » et posé sur les bacs. PE Les bacs de poissons.
Le couple touche les poissons.
La vente démarre. L’agent du port, le « crieur », est installé en position centrale, vêtu d’une blouse blanche. Il lance les enchères. Les mareyeurs surenchérissent grâce à des signaux définis et connus du crieur. Le public est présent, curieux. La famille de vacanciers sur place dans la foule. GP Le crieur déclame les prix. GP Les mareyeurs clignant de l’œil pour signifier leur intérêt. Parmi le public présent, et les mareyeurs, l’homme observe, clignant de l’œil sans se rendre compte que cela était interprété… Alternance des visages des mareyeurs, du crieur, des vacanciers, de l’homme au tic. L’ambiance est sérieuse, la vente se déroule, les bons se signent.
La famille ressort de la criée, l’homme est interpellé par un pêcheur. Ils discutent. Le vacancier réalise, qu’à son insu, il a acquit des caisses de poissons. Ils tentent de négocier d’annuler cette vente, en vain. Le couple rentre dans la criée en compagnie du pêcheur. GP Caisses en bois remplies de poissons.

L’homme, la femme et l’enfant ressortent portant chacun une caisse de poissons.
PE AU milieu du quai, ils posent les caisses au sol. Les visiteurs se retournent. Les trois membres de la famille debout, tentent d’interpeller les potentiels acheteurs. L’enfant ouvre le coffre de la voiture, avec de la graisse de voiture il fait un écriteau qu’il porte à bout de bras : « poison frais ». Ses parents se rendent compte de la faute, le père lui met une claque. GP L’enfant pleure, sa mère le réconforte. GP L’homme, clignant de l’œil. GP L’enfant porte son écriteau corrigé.
Les parents essaient de vendre leur poisson aux passants. Personne n’en veut. Les différentes familles sourient ou font la moue.
Pour tenter de convaincre, la femme met sa coiffe bretonne. PR Femme, coiffe au vent. L’homme en vareuse et pipe à la bouche. Le couple discute. GP Poissons.

La famille est surprise, ils partent en courant se cacher derrière des casiers en rotin empilés sur le quai. Un homme, lunette de soleil et cigarette à la bouche, l’air sérieux se promène sur les quai, tranquillement. Il passe devant un pêcheur à la ligne. Des oiseaux volent dans le ciel. La famille surveille discrètement le passage de l’homme, le directeur du vacancier, en vacances également. GP Il allume son cigare. Il regarde les bateaux naviguer et accoster.
La famille reprend sa vente. Chacun passe parmi les visiteurs du port pour proposer ses poissons, sans succès. Le garçon joue avec son chewing-gum. L’homme s’assoit sur le quai et se prend la tête entre les mains. La femme prend deux poissons du bout des doigts et les expose pour appâter. Un homme filme la scène. GP Femme avec sa coiffe, soucieuse. Elle ausculte ses poissons de moins en moins frais. Une nonne prend des photographies, un bateau de pêche (GV 23363) arrive au port. GP Caisse de poissons, une main se sert et en attrape une poignée. Des goélands attrapent les poissons jetés dans la mer.
L’homme et son fils sont sur le quai, un policier arrive. La femme les rejoint. Le policier les interpelle et demande des explications. L’homme tourne sa casquette de nervosité. GP L’enfant mâche son chewing-gum. L’homme cherche quelque chose dans l’intérieur de sa veste. Le policier inspecte ses papiers et ouvre le portefeuille sur le portrait découpé par le sculpteur. Il est dubitatif. GP Visage du policier interrogatif. GP Les mains e l’homme tournent nerveusement sa casquette. Après discussion, il lui rend ses papiers et s’en va. Les visiteurs présents sur le quai les regardent. La famille vide les caisses de poissons dans la mer du port. GP Les goélands attrapent les poissons. La femme retire sa coiffe. La famille, de dos, s’éloigne. La mère tient son fils par l’épaule.

Carton « Fin ».
Photos

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam