• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

8144

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur

526ème, lachez-tout ! [4910]

1965 29 juin | Alain GUIHARD | Marcel JOUANNEAU

Film amateur | Bretagne
    • Genre
    • Documentaire
    • Durée
    • 00:12:30
    • Coloration
    • Couleur
    • Format durée
    • CM - Court métrage
    • Format original
    • Film 16 mm
    • Son
    • Sonore
    • Descripteurs
    • Aviation - Ballon dirigeable - Brest (29) - Dollfus Charles - Plougastel-Daoulas (29)
Préparation du ballon et 536ème vol pour l'aéronaute, Charles Dollfus. Traversée de la rade de Brest, pour atterrir à Plougastel-Daoulas. C'était le 29 juin 1965


Mise en place d’une montgolfière et présence de Charles Dollfus.
Générique : « le CCAB présente 526ème lâchez tout ! Un reportage réalisé par A.Guihard, A Guillaume, M. Jouanneau, L. Leroy» sur fond d’images.

Un homme porte un chapeau feutré. Un camion sur lequel est écrit « l’air liquide » circule sur une route. De grandes bouteilles d’hydrogène. Déchargement des bouteilles rouillées sur l’herbe. Transport de la nacelle de la montgolfière. L’homme au chapeau feutré se tient la tête. Des hommes, en tenue de marin, remplissent des petits sacs de sable au moyen d’une pelle. Des nœuds sont faits sur le bord de la nacelle, sur des cordes. Quatre hommes, dont deux vêtus en costume - cravate et deux en bleu de travail, transportent un sac militaire vert. GP sur la nacelle et ses cordages. Des marins disposent des poids de sable autour d’une bâche sur l’herbe.
Voix-off : « Le gros paquet et bien oui c’est le ballon dégonflé, que l’on déroule avec soin car il faut éviter les déchirures. »
Deux hommes en bleu de travail déroulent l’enveloppe de la montgolfière sur la bâche.
Voix-off : « Tandis que l’on prépare la manche en nylon, les assistants mettent en place la soupape, pièce essentielle de pilotage d’un ballon. »
Deux hommes font des nœuds autour d’un sac puis ils mettent la soupape de la montgolfière.
Voix-off : « L’autre extrémité de la manche est fixée sur le camion, avec des rubans roses, il va ressembler à un chevalier de la jarretière. »
Un homme est monté sur le camion à côté de bouteilles d’hydrogène.
Voix-off : « 13 heures instant précis, c’est le début du gonflage qui va durer environ trois heures. »
Des bouteilles sont déposées sur l’herbe. Gonflage de l’enveloppe de la montgolfière avec les poids de sable disposés autour.
Voix-off : « Une fois l’opération terminée ce sphérique de 400 mètres cube pourra enlever une charge de 180 kg c’est-à-dire deux aéronautes et leur équipement. »
Trois marins, avec des pompons rouges sur leurs casquettes, installent un gros tuyau partant du camion jusqu’à la montgolfière
Voix-off : « Ces deux traits blancs délimitent les panneaux de déchirure qui permettra l’évacuation instantanée du gaz à l’atterrissage. »
Un filet quadrillé est posé sur l’enveloppe de la montgolfière.
Voix-off : « 15 heures le ballon est maintenant à demi gonflé. »
Des personnes regardent le ballon puis des marins attendent à côté de lui. GP sur un homme avec un béret et des lunettes près du ballon puis sur les bouteilles d’hydrogène.
Voix-off : « les premiers spectateurs sont maintenus en dehors des barrières de sécurité. »
Une femme est assise derrière une barrière.
Voix-off : « Regardez bien cette cravate, vous ne la verrez pas souvent. »
GP sur une cravate portée avec une veste bleue.
Voix-off : « Ces heures pendant que l’on fixe la nacelle, nous allons bavarder quelques instants avec Charles Dollfus. Vous pourriez me donner vos dernières impressions avant le départ. Je pense qu’avec la vitesse du vent qu’il y a actuellement l’ascension pourra pas durer pas plus d’une demi-heure. C’est difficile à dire parce qu’à cinq heures le vent va changer mais enfin vu la pression actuelle. Bon et bien je vous remercie Monsieur Dollfus et souhaitons que les vents et les dieux vous soient favorables. Oh je le souhaite vivement. »
Deux hommes attachent les poids de sable au niveau du filet quadrillé. Des hommes regardent une carte puis des personnes sont assises sur un banc. Préparation de la montgolfière. Un homme fait des nœuds avec les cordes au niveau de la nacelle. Vue d’ensemble : la montgolfière, la mer, les spectateurs.
Voix-off : « Allons maintenant interviewer un groupe de jeunes filles très délurées. Si Monsieur Dollfus vous proposait de faire l’ascension avec lui, est-ce que vous accepteriez ? Trop âgé mais c’est pas vrai. Vous savez que Monsieur Dollfus a 72 ans. Moi aussi. Vous voyez vous êtes plein phare. Rires. Et vous madame ? Oh moi je montrai oh oui, j’aurai un peu peur. Vous auriez un peu peur ? Ah oui certainement j’aurai un peu peur. Mais vous monteriez quand même ? Ah oui certainement et vous voyez je suis plus âgée que lui. Et vous Madame est ce que vous monteriez en ballon avec Monsieur Dollfus ? Oh non j’aurai trop peur. Vous auriez peur. Et vous Madame est ce que vous monteriez en ballon. Oh bah écoutez, je ne suis pas trop sûre. Vous n’êtes pas trop sûr. Enfin cela vous fera plaisir de voir l’envol du ballon. Est ce que vous avez déjà eu l’occasion de voir s’envoler des ballons. Non, ah oui oui oui oui, dans les glaciers. Il y a longtemps déjà ? ça fait des années. Il y a combien de temps madame? Une quarantaine d’année. Une quarantaine d’année. J’ai 82 ans. Bravo madame vous ne les paraissez pas. Merci Madame. 17 heures tout est paré Charles Dollfus donne l’ordre tant attendu : « lâchez tout » .» (son en post-synchro mais décalage image/son)
Le camion « l’air liquide » démarre. Des femmes âgées se tiennent debout à côté de barrières de protection. Les marins au pied de la montgolfière. Des spectateurs regardent, un hélicoptère survole le tout. Les marins retiennent au sol la montgolfière. Charles Dollfus s’envole dans un ciel parsemé de nuages à bord de la montgolfière. La montgolfière dans le ciel au-dessus de la mer. Le pont de Plougastel. Elle survole la mer et les maisons. Premier plan : l’hélice de l’hélicoptère, second plan : la montgolfière survole la mer.
Voix-off : « Charles Dollfus évolue à 600 m porté par un vent de en direction de la presqu’île de Crozon. L’ascension a été trop rapide au gré du pilote et à la suite d’une manœuvre intempestive de la soupape par le passager le ballon amorce une descente rapide. Le guidrope (redéfinir), cette longue corde qui en vol normal sert à conserver une altitude constante a été malencontreusement décrochée. Son contact avec la mer freine le ballon et accélère la chute ce qui oblige à un largage prématuré de l’est. »
La montgolfière survole la mer.
Voix-off : « Le vol se poursuit ensuite sans aucun autre incident et les aéronautes survolent bientôt la presqu’île de Plougastel. »
Elle évolue au-dessus de l’eau. L’extrémité de la presqu’île qui est entourée par la mer.
Voix-off : « Le ballon trop dégonflé secoué par les rafales du vent qui s’est levé créé des difficultés aux aéronautes qui touchent la mer à plusieurs reprises. »
La montgolfière se situe au large du pont de Plougastel puis va toucher l’eau.
Voix-off : « A l’approche de la falaise de Crozon, ... sorte d’entonnoir sur toile fixé au bout d’une corde a été lancé par Charles Dollfus pour éviter ce qu’il croyait être des lignes à haute tension et qui est en réalité que les balises de la base aéronavale toute proche. Le ballon est alors immobilisé et le remorqueur de la marine nationale intervient pour les dégager de cette fâcheuse posture. »
Montgolfière. Bateau de guerre navigue. Montgolfière vole au-dessus d’un remorqueur qui la tire vers la mer.
Voix-off : « Le retour sur le plancher des vaches présente des risques certains pour le matériel et surtout pour les hommes. »
La montgolfière s’approche de la falaise toujours attaché au remorqueur. La nacelle se pose sur l’eau.
Voix-off : « Mais Charles Dollfus avec son sang-froid habituel arrache au moment voulu le panneau de déchirure et réussi sans dommage mais avec rudesse son 526ème atterrissage qui aurai pu devenir son premier et dernier atterrissage car Charles Dollfus n’a jamais su nager. »
Atterrissage le long de la plage au bord de la falaise.
Surimpression : « C’était le 29 juin 1969. » et en arrière plan image de la nacelle de la montgolfière.
Alain Guihard est né le 9 juin 1926 à Rennes et décédé le 9 août 1980 à Marbella en Espagne.
Docteur en médecine en spécialité gastroentérologie, Alain Guihard a fait ses études de médecine à Rennes et à Paris.
Marié à Ginette Mollière, ils ont deux filles : Christine et Véronique.

Installé à Brest comme médecin, il pratique le cinéma amateur dès 1952-1953 à la suite de sa rencontre avec le pharmacien Corentin Beauvais, lui-même cinéaste amateur. Il filmait en 16mm et Super 8. Alain Guihard fréquentait alors le Caméra Club de Brest dont il fut le président et au sein duquel il partagea sa passion avec Marcel Jouanneau, Jean-Pol Beauvais, Jean Le Goualch, également déposants à la Cinémathèque de Bretagne.

Passionné de cinéma mais également de photographie, de voyages et de chasse, il filme à l'aide de sa femme (qui participait aux prises de son pendant les tournages) lors de leurs voyages en France ou à l'étranger. Il projetait ses films dans le cadre familial et amical et dans le cadre des événements du Caméra Club de Brest, participait à des concours.
Passionné et perfectionniste, Alain Guihard filmera jusqu'à son décès en 1980.

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam