• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

7838

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur

Commune de Fay de Bretagne 26 [27717]

2003 précisément

Film professionnel | Bretagne

Ce film n'est pas disponible. Pour plus d'informations, contactez-nous.

    • Genre
    • Documentaire
    • Durée
    • 00:31:15
    • Coloration
    • Couleur
    • Format durée
    • MM - Moyen métrage
    • Format original
    • Vidéo montage
    • Son
    • Sonore
    • Descripteurs
1810W65 : Fay de Bretagne 26, cassette DVCAM, interview de Laurent Sicard (durée 7 minutes) le 16 décembre 2003, collecte de chant. Durée 31’15''. 604VM0102

A supprimer De 00.00.02.20 à 00.07.37.15 : interview Laurent Sicard

Pendant la guerre, les allemands se sont repliés à Saint-Nazaire et Fay se trouve sur la limite de la poche. Les allemands font sauter les ponts quand les américains arrivent (dont celui du Cul du Chien). Les américains se replient pour éviter un bain de sang. Les allemands sont coincés et les américains reviennent sur leurs pas. Les allemands encerclés se rendent en mai 1945 lors de la reddition de Bouvron. Le cul du chien a arrêté les américains. Le nom du Cul du chien vient de l’histoire suivante. Pendant le rigoureux hiver de 1870, l’étang de Piou a gelé et un chien a été prisonnier de la glace, seul son arrière train dépassait.

Sur le clocher de Fay, on trouve des trous faits par les obus. Le clocher était in lieu de surveillance des américains, les allemands avaient le clocher de Bouvron. Les allemands voulaient abattre le clocher de Fay mais celui-ci ne s’est pas effondré (il y a eu néanmoins des dégâts dans le chœur et cela a fragilisé l’église). Tous les vitraux ont disparus pendant ces bombardements et les actuels ont été remis vers 19650-1960. Les cloches sonnaient grâce à un sacristain qui tirait sur des cordes, le marguillier s’occupait de l’ouverture des portes.

Conserver de 00.07.37.16 à 00.31.16.04 : collecte de chants : Hugo Aribart interroge
Chansons
-« l’étang de Vilhouin qui ne peut que vous plaire… »
- la chanson de Marie Pon Pon La Vieille chantée par Annick Blandin, « elle faisait la lessive tout en chantant la vieille… Marie… Pon-Pon… »
- chanson chantée par Marcel Blandin « il n’est pas loin du don dic deux dont daine… « - - chanson du curé de Saillé, « c’est dans 10 ans, il n »y ira plus d’autre lui parler d’amourette un soir… », «C’est dans dix ans, il n’y en aura plus d’autre pour lui parler d’amourette »
- Chanson, Annick Blandin, « je reviens de Saint Nazaire M. Le Loup….
- chanson le Moulin, « la femme qui m’aura vous en aurez des coups de poings par la tête, la femme qui m’aura n’aura pas toute ses aises, la femme qui m’aura ne va se sortir de l’embarras
- chanson « la violette, le vent la doublera »
- chansons de cortège pour les mariages ; « on va chercher les habits quand vient le temps de la neige, l’hirondelle reste au lit, au petit pas l’hirondelle t’en va pas »… «Chez nous on boulange d’une manière étrange, c’est ma femme qui fait le pain et moi qui boulange le pain ».
On dansait avec des sabots avec les voisins Les filles de Fay allaient peu au bal.
- chanson « c’était une jolie fille qui n’avait pas 16 ans, elle s’était endormie au pied d’un rosier blanc, le vent souleva la robe et vit le jupon blanc, son voile qui volait au vent »… «Bien avant 10 ans roulons la poussette, roulons là »…
- chanson « à 10 heures sur la lande, j’ai perdu ma galante, je m’en fous pas mal de battre mon blé quand ça me plait, il est 10 heures en ville n’allez pas petite coquine, n’allez pas petite coquine pas avant 20 ans cueillir les violettes sans un amant, à 8 heures sur la lande j’ai perdu ma galante… »
- Java bleue, le Petit vin blanc.
- chansons de Marcel Blandin « si la bonne d’enfants n’aimait pas tant les militaires, à la charité il y aura moins d’enfants trouvés »… »J’aime la galette savez vous comment, avec du beurre dedans »
- chanson sur Fay « nous arrivons à Fay c’est un pays charmant on y trouve de très gentils enfants toujours de bonne humeur chantant dès le matin, comme des rossignols, des petits chérubins, venez faire un petit tour vous serez charmé de votre séjour, vous verrez la Madeleine et son joli calvaire, et l’étang de Vilhouin » (sur l’air du tralala).
- chanson « maîtresse quand je la caresse, elle me dit tout bas vous me caressez pas ».
- Une chanson sur l’air du Pendu ; « un jeune homme de Saint Nazaire, son père le fit castrer, son père l’avait fait voir un spécialiste pour ce genre d’opération, celui-ci dans sa clinique en moins de deux fit l’exécution quoique la chose fut formidable la chose se passa de la meilleure façon le jeune homme n’ayant plus de bagage était leste comme un papillon »
- chanson « sur la plus haute marche, le rossignol chantait, chante rossignol toi qui a le cœur gai je l’attends je l’aurai, je l’aurai, je l’ai celle que mon cœur aime »…

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam