• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

7838

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur

Commune de Rougé 15 [27735]

2003 précisément

Film professionnel | Bretagne

Ce film n'est pas disponible. Pour plus d'informations, contactez-nous.

    • Genre
    • Documentaire
    • Durée
    • 00:42:00
    • Coloration
    • Couleur
    • Format durée
    • R - Rushes
    • Format original
    • Vidéo montage
    • Son
    • Sonore
    • Descripteurs
1810W83 ; Rougé 15, cassette DVCAM, interview de Pierre Guiheneuc (1) sur la vie au bourg, la chasse, le développement touristique, la vie au bourg dans les années 60. Durée 42’. 604VM0120

De 00.00.00.00 à interview de Pierre Guiheneuc né le 31 décembre 1947, agriculteur et éleveur de moutons. Sa famille vient de Ruffigné. Ses parents habitaient Chartres de Bretagne. Après le décès de son grand-père paternel, ils se sont installés à Rougé (Ila avait 11 ans). Son oncle Francis habitait au lieu dit Beauvais (où habitait son grand-père). La famille s’est installée à la ferme du Gland. Il habite aujourd’hui aux Roussounières. Ensuite son oncle a acquis une propriété à Pleurtuit et son père a racheté la propriété familiale à son oncle vers 1963-1965.
Le Château des Roussounières ; cela faisait deux siècles qu’il était dans la famille ; François 1er y aurait passé une nuit. A la Cour au Raie le cheval de François 1er aurait blessé une jeune fille, et il serait resté passé une nuit. Mais le château n’est plus dans la famille.
Le Château de Beauvais date du XVIe siècle avec deux ailes rajoutées et ce domaine avait des fermes.des buis centenaires y ont été détruits. Lorsqu’il avait 11 ans Rougé était une bourgade tranquille et il était scolarisé à rennes et habitait chez sa grand-mère. Il a fait du hand bal à Châteaubriant et sa sœur du théâtre à Angers. Les gens communiquaient entre eux sur le trottoir l’été et les enfants s’amusaient. Au bourg, il y avait une kermesse ; les parents donnaient une pintade, une poule comme prix. Son père était entraineur de chevaux de courses et il était souvent à l’extérieur. Il est le dernier d’une famille (ayant une vingtaine d’années de différence avec son aîné). A l’époque, tout le monde avait au moins un cheval. Son père faisait les courses de chevaux du Pays, les courses officielles qui dépendaient de la société d’encouragement, et des courses de pays non officielle. Il y avait 15 à 20 chevaux à la maison pour les entraîner. On chassait à cheval pour la chasse à courre. Il y avait encore du gibier ensuite son nombre a diminué. La chasse à courre se pratiquait avec un équipage pour chasser le renard, le cerf. Le fermier Guillaume Sevrac était garde avec 50 chiens et à surveiller 13 hectares ; il faisait la saison à La Baule pour entretenir ses chiens et vivre de sa passion.
Vers 11-12 ans, il commencé à chasser avec son père. A la maison, il y avait beaucoup d’animaux (chouette, épervier). Il a été envoyé à Saint Malo pour faire la saison avec 10 chevaux (quand il n’y avait pas de course il allait à la plage).
On chassait en forêt de Tellay avec Mme Michelemaine née Résipont.
Il allait à la pêche dans la Bruzt (rivière polluée aujourd’hui par les agriculteurs et des ordures). La commune se désertifie. Le remembrement : il a pris la tête d’un mouvement de contestation et il a bloqué le remembrement.
Il est allé en 6eme à rennes et à Châteaubriant mais jamais à l’école à Rougé.
En Pays de Châteaubriant, il s’est investi dans le tourisme dès 1985 en faisant la promotion du Pays en mettant en place l’association ADT association du Pays de Châteaubriant de la Chapelle Glain à Nozay.
La voie ferrée a été une grosse dépense mais qui n’a pas engendrée d’emplois.
Rougé doit garder son identité dans la notion de développement du Tourisme.
La médiathèque de Châteaubriant va valoir 100 euros par habitant, eux il ne paye que 6 euros.
La fontaine de Pont Saint Père, fontaine dite des lépreux près de Rougé à la frontière, Il y a une motte féodale dans le bois de la Garenne avec des restes de fossés de défense qui appartenait aux Bois Péan et a été vendu depuis 4 ans. Il a chassé avec Mlle de Bois-Péan (dite Tante mimi) qui habitait à Lorgerais avec des pointers (chiens de chasse).
Ses grands-parents avaient des relations avec les Falland et les Palisonnière.

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam