• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

7838

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur

Commune de Touvois 12 [27766]

2004 précisément

Film professionnel | Bretagne

Ce film n'est pas disponible. Pour plus d'informations, contactez-nous.

    • Genre
    • Documentaire
    • Durée
    • 00:32:27
    • Coloration
    • Couleur
    • Format durée
    • R - Rushes
    • Format original
    • Vidéo montage
    • Son
    • Sonore
    • Descripteurs
1810W114 ; Touvois 12 ; 5.10.2004, interview de Roland Audoire, horloger (histoire de la mécanique des horloges). Prises de vues, photographies, cartes postales, horloges, village. Durée 32’27’’. .DVDCAM. 604VM0151

De 00.00.00.00 à Interview de Roland Audoire horloger, né en 1941.
Il parle de l’évolution mécanique de l’horlogerie. Il y a d’abord les montres à cylindres fragiles qu’il faut remonter par l’avant puis par derrière avec une clé (que l’on remonte tous les jours), puis les montres à ancre avec un réglage plus précis, puis la montre bracelet, la montre électrique inventée chez Lip dans les années 1960, puis les montres à quartz. Il a restauré des horloges d’édifices. Il y a des horloges lanternes (17 et 18 e siècle avec des mouvements que l’on remonte tous les 24 heures), ensuite les comtoises qui marchent pendant 8 jours sans être remontées, puis les comtoises de la fin du XVIIIe siècle avec un mouvement mensuel. Il aime la comtoise surtout celle du XVIIIe siècle avec des gaines (meubles d’ébénistes) souvent plus jolies. Au XVIIIe siècle, il y a des horlogers renommés. L’horlogerie vient alors du Doubs (au XVIIIe siècle, Jura proche de la Suisse), de Normandie (XVIIe siècle, horloge lanterne), de saint Nicolas d’Alermont. Les artisans travaillaient l’hiver puis au XIXe siècle de manière industrielle au XIXe siècle. La comtoise ne s’est plus faite depuis les années vingt.
Il allait à l’école vers 6 ans ; il est allé à l’école avec les filles quand il était petit, ensuite il n’était plus qu’avec des garçons. A l’école publique, cela était mixte.
L’école débutait à 9 heures, on avait un tablier. Le jeudi était la journée de congés.
Il y avait l’instituteur Peneau qui à apporter le basket et la Musique à Touvois), puis Christophe Proveau. L’abbé Gétin aimait rire faire des farces. Il quitte l’école à 14 ans.
A l’école, il n’y avait pas de cantine. Ceux qui venaient en vélo et à pied, manger chez des particuliers ou dans la famille au bourg. La cantine s’est montée par la suite. Mlle de Garrigue faisait la cantine.
Dans la classe, il y avait deux cours par classe et au moins 40 élèves par classe avec plusieurs sections. On y étudiait le français, les mathématiques, la musique, et on pratiquait le sport, le dessin. Les punitions consistaient en des écritures. Il n’y avait pas de télévision le soir mais des veillées dans lesquelles on jouait aux cartes pour les parents, des histoires étaient racontaient par les anciens. Les enfants jouaient aux billes. En face de chez lui il y avait un maçon et on jouait aux billes dans son tas de sable. Les billes pouvaient être remplacées par des coureurs cyclistes en métal. On jouait au football sur la route. Ses parents avaient une femme de ménage.
Les allemands avaient laissés des médailles après eux et il les avait portées ; son père le gronda.
La comtoise a été inventé en Franche-Comté, avec un balancier au fond et les poids derrière au départ (et il n’y avait pas de caisse). Les premières gaines sont installées en bois au début du XVIIIe siècle. Le balancier était au départ derrière les poids et sans décor puis au début du XIXe siècle vers 1815, le balancier se développe car il est placé devant les poids (passe devant les poids) et le balancier n’est formé que d’une lentille sans décor. Sous la Restauration, la lentille est installée devant. Au milieu du XIXe siècle, on a les premières caisses avec un balancier décoré et tout au long du XIXe siècle le décor du balancier se développe. Le mouvement comtois apparait avec une trotteuse se qui est rare, et avec un balancier animé (par un petit personnage, un scieur de long, un cocher et son cheval, un voleur de prunes, la fermière et son balai, le militaire avec la Conquête de l’Indochine, un berceau qui se balance). Au début, il n’y a pas de grands cadrans émaillés mais en étain ou en laiton gravé, puis le cadran arrive avec des chiffres émaillés. Au XVIIIe siècle on voit apparaitre les premiers grands formats de cadrans.

00.23.44.13: horloge à cartouche avec chiffres émaillés XVIII avec le coq dessus et la fleur de lys limée à la Révolution, le balancier derrière, l’aiguille en fer.
00.24.51.14 : horloge XVII avec mouvement à la lanterne, cadran en laiton, une seule aiguille qui est celle des heures, horloge qui se remonte que tous les 24 heures.
00.25.32.00 : gaine en chêne venant de Lorraine.
00.25.49.00 : œil de bœuf fin XIXe siècle.
00.26.15.00 : comtoise polychrome, une seule trotteuse, dans le balancier un moine avec la capuche qui s’enlève, thermomètre.
00.27.32.00 : mouvement comtois avec une aiguille, cadran, milieu XVIIIe siècle
00.28.10.20 : comtoise avec balancier cavalier
00.28.25.00 : comtoise avec balancier angélus.
00.28.43.03 : carte postale Bon baisers de Touvois
00.29.10.01 : carte postale Bon baisers de Touvois.
00.29.10.01 : carte postale, Foire commerciale de l’Ouest Nantes 1928, stand de la Maison Robert Grollier à Touvois, marchand de volailles.
00.29.26.00 ; carte postale, Robert Grollier à Touvois, marchand de volailles.
00.29.30.13 : carte postale, Touvois, chenil de Clérimais, cochers, M. Laboureur, Selleir éditeur.
00.29.35.07 : Touvois, mairie et la poste.
00.29.40.17 : photographie école actuelle en 1989.
00.29.47.09 : carte postale Le Espiardière (propriété en 2004 des Lorgeril)
00.29.56.11 : carte postale château de la Clerissais
00.30.02.03 : carte postale, villa « Jeanned’Arc »
00.30.08.05 : carte postale château de Val de Morière
00.30.14.21 : carte postale, les tanières propriété
00.30.22.19 : carte postale du pardon de Fréligné, estrade, chapelle
00.30.28.20 : carte postale pèlerinage de Fréligné 8 septembre éditions Massé
00.30.37.13 : carte postale, Fréligné, pardon, messe sur estrade, don de M. Le marquis de Baudry d’Asson.
00.30.40.19 : carte postale Fréligné, fontaine bouillonnante
00.30.45.12 : carte postale Fréligné, fontaine bouillonnante
00.30.52.13 : carte postale, Fréligné, statue du jardin de la Vierge.
00.30.57.12 : carte postale, fontaine bouillonnante de Fréligné.
00.31.04.09 : carte postale, Touvois, chapelle de Notre-Dame de Fréligné.
00.31.11.06 : carte postale, route du Moulin Guérin
00.31.20.09 : photographie 1989 route du Moulin Guérin
00.31.26.00 à 00.32.31.14 : prise de vues du Val de Morière avec une tour en brique (briqueterie), bâtiment en rénovation.


La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam