• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

8144

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur

"Libertad", Tahiti... [14011]

1970 juillet et août | François BELLEC

Film amateur

Ce film n'est pas disponible. Pour plus d'informations, contactez-nous.

    • Genre
    • Documentaire
    • Durée
    • 00:30:00
    • Coloration
    • Couleur
    • Format durée
    • CM - Court métrage
    • Format original
    • Film 8 mm
    • Son
    • Muet
    • Descripteurs
    • Jeu traditionnel - Pirogue - Préparation du repas - Survol - Tahiti (987) - Trois-mâts
10 juillet 1970, "Libertad", côte volcanique. Appareillage du trois mâts carré école chilien "Libertad" qui sort de la rade de Nouméa, vues du poste de commandement, la trainée du bateau, DP bateau. Mission catholique, arrivée pirogue à moteur. Indigènes lavant dans un cour d'eau. Vues des habitations wallisiennes avec la population locale.14 aout 70, Vanikoro, M. Lapérouse. 29 août 1970, Tahiti, voilier à balancier. Vues nocturnes et de jours de l'île Salomon (plage et végétations) puis vues aérienne de l'île. M.Bellec et sa femme faisant du ski nautique puis joueuses de cricket à Nouméa.
Complément :
1/ Danses kanakes dans les environs de Nouméa. 1970. Dans le lointain, le massif du Humboldt. L'aspect folklorique n'est qu'apparent. Les femmes sont en « robes mission » imposée naguère par les pasteurs protestants britanniques dans tout le Pacifique, aux couleurs de la collectivité, et les tenues conviviales des hommes témoignent du caractère populaire de ces danses traditionnelles. (Dites Pilou, une grande fête étant un pilou-pilou)
2/ Préparation du bounia, au four kanak creusé dans le sol. Cuisson à l'étouffée de viande ou de poisson, d'ignames et de lait de coco en papillotes de feuilles de bananier, sous un lit de pierres chauffées au feu. Cela se pratique dans tout le Pacifique sous des noms divers.
3/ Bounia à Vao (île des Pins ou Kunié) à la pointe sud-est de la Nouvelle Calédonie. Pilou sur fond de pins colonnaires.
4/ Appareillage du trois mâts carré école chilien (sauf erreur) Libertad sortant de la rade de Nouméa 1970 sous voiles d'étai, perruches et cacatois.
5/ Le patrouilleur La Dunkerquoise mouillée en baie de Hienghène sur la côte est de la Province Nord de la Nouvelle Calédonie.
6/ Un matelot kanak. Chaque stationnaire de la Nouvelle Calédonie en avait deux ou trois, ce qui était bien utile pour les contacts avec les autorités mélanésiennes (Grands Chefs et Petits Chefs), et pour améliorer l'ordinaire en poissons et en coquillages préparés selon les coutumes calédoniennes.
7/ Le rocher de la « Poule couveuse ». Appareillage et mission sur la côte est. 1970.
8/ Mouillage à Vaitupu (île d'Uvéa) à Wallis, (TOM) 1970 avec la cathédrale au fond, dans laquelle se dit chaque dimanche une messe assez remarquable dont les chants sont adaptés à la musique maori.
9/ Les cochons noirs sont endémiques dans le Pacifique. Habitations wallisiennes. Wallis et Futuna étaient le point le plus oriental de la zone d'opérations des stationnaires de la Nouvelle Calédonie, avec les Tonga, Suva aux îles Fidji où nous allions périodiquement passer sur un slipway pour caréner (les tarets étaient redoutables pour nos coques en bois), les Nouvelles Hébrides (Vanuatu, alors condominium franco-britannique), et à l'ouest l'Australie. On appelait à cette époque Wallis - je ne sais pas si c'est encore vrai - « l'île des Femmes », parce que les hommes partaient tous travailler aux îles Fidji ou aux Nouvelles Hébrides. Une grave menace pesait alors sur les cocoteraies et donc sur la production de coprah et toute l'économie de la région : l'orycte rhinoceros, un très gros scarabée, boulottait les pousses fraîches des têtes des cocotiers, les condamnant à terme à se transformer en poteau électrique. Le spectacle des cocoteraies dévastées était impressionnant. Pour éviter d'imposer une désinsectisation et une quarantaine aux navires, ce qui aurait rendue impossible la vie des îles, et parce que l'orycte ne vole que la nuit et que son rayon d'action est limité à quelques centaines de mètres, nous devions dans toutes les îles du Pacifique ouest appareiller chaque soir avant le coucher du soleil, mouiller à quelques encablures, et revenir à quai le lendemain matin, pour que nos oryctes parasites éventuels se crashent avant d'avoir atteint la terre.
10/ Probablement à Espiritu Santo (Nouvelles Hébrides- Vanuatu) 1970. Un enfant met à l'eau sa pirogue à voiles.
11/ Mouillage, vue de côte sans doute toujours aux Nouvelles Hébrides, aux Torres ou aux Banks, et rotations d'une pirogue à moteur hors bord amenant à bord des personnalités locales.
12/ Scènes de village et lavandières dans les mêmes parages.
13/ La Dunkerquoise en vue de Vanikoromin. 13 Vanikoro (îles Salomon) dans le prolongement nord du Vanuatu. 1970.
14/ Le Récif de l'Astrolabe. La Dunkerquoise avait franchi le récif de l'Astrolabe par la passe de Payou, et mouillé en face de l'emplacement du camp des naufragés après l'écrasement des frégates de Lapérouse sur le récif en 1788.
15/ On voit le monument érigé et entretenu par les stationnaires de Nouméa. Le premier cénotaphe avait été construit par Dumont d'Urville en 1826, peu après que l'anglais Peter Dillon, ait été guidé sur les lieux par un ensemble de faits et de dits concordants, et soit enfin parvenu à retrouver les traces de Lapérouse quarante ans après sa disparition.
16/ Emplacement du camp des Français.
17/ Vues diverses de la mangrove.
18/ Le mont Otemanu à Bora-Bora. (îles Sous le Vent) 1970. Ce film est particulièrement mauvais.
19/ Hibiscus.min. Des pièges-viviers à poissons.
20/ Une jeune îlienne pêchant. Départ d'une pirogue à voile.
21/ Papeete, 1970. Le front de mer où l'on aperçoit fugitivement le croiseur de Grasse, reconverti alors en bâtiment de commandement des essais nucléaires, avec une petite tour Eiffel portant des équipements spéciaux.
22/ Un plan sur le front de mer montre le Quinns, un bar célèbre à l'époque pour ses bagarres entre marins, légionnaires et Tahitiens, au point que la bière s'y délivrait dans des gobelets en carton, et que chaises et tables étaient vissées au sol.
23/ La pointe Vénus à Tahiti. Végétation diverse, tamaris, lataniers etc. Quelques détails du monument érigé à la Pointe Vénus aux explorateurs européens de Tahiti.
24/ Le monument érigé à Cook qui observa le 4 juin 1769 à cet endroit le passage de Vénus sur le soleil, but de son expédition scientifique, et qui a donné ce nom à la Pointe Vénus.
25/ Arbre à pain puis végétation. Ce film est en réalité la suite du film suivant.
26/ Récif et grève aux galets noirs, probablement en baie de Taravao dans le sud-est de Tahiti. A remarquer que les photographies touristiques de Tahiti sont prises en réalité à Mooréa, l'île soeur en face de Papeete, puisque Tahiti n'a pas de plages, mais des grèves de galets volcaniques, et au mieux des plages de sables noir.
27/ Frangipaniers
28/ Baie de Cook à Mooréa.
29/ Arrivée en avion à Bora-Boramin. Atterrissage sur la piste construite sur l'îlot (Motu) Ute, à la pointe nord du récif bordier.Vues de pirogue à voile, sur fond d'Otemanu, la montagne sacrée omniprésente.

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam