• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

8405

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur
Sur le même thème

Voyage en Grèce - deuxième partie [19950]

1973 précisément | Fernand BARON

Contribuez !
Film amateur

Ce film n'est pas disponible. Pour plus d'informations, contactez-nous.

    • Genre
    • Documentaire
    • Durée
    • 00:17:41
    • Coloration
    • Couleur
    • Format durée
    • CM - Court métrage
    • Format original
    • Film 16 mm
    • Son
    • Sonore
    • Descripteurs
    • Grèce
Deuxième partie du film "Voyage en Grèce" (1973)(voir 1242FS0003).

Voyage touristique en Grèce. Visite du site d'Olympie, des monastères des Météores, etc.

De retour en attique, à une cinquantaine de km d'Athènes au bord de la mer, au milieu des vignes et des oliviers, sur des roches escarpées, un temple dorique construit en l'honneur de Poséidon: c'est qu'il faut y flâner comme Byron et Châteaubriand le firent ?
Nous devons passer par Athènes pour atteindre Ossios Luca, couvent byzantin. Son église de la Théodokos, son église Saint Luc, possèdent de riches icônes, des mosaïques aussi belles que celles de l'Annonciation, la Nativité, la Crucifixion.
Puis après quelque KM, c'est Delphes, un des hauts lieux de la Grèce. Entourée de vieux oliviers. La montagne est rude, grandiose. La mystérieuse pythie en transes y rendait des oracles toujours célèbres, de théâtres, de temples où l'on arrive par la voie sacrée et plus haut, c'est le stade du VIème siècle avant JC.
Un autre trésor dorique, la Tholos, sanctuaire d'Athéna Pronaia.
Puis tout près de Malabata, les météores, une grande plaine, celle de Thessalee, d'où jaillissent des masses rocheuses noires, au sommet des couvents isolés, pour se protéger du brigandage au XIVème siècle. Ils furent, avant les routes macadamisées, d'accès très difficile et nettement plus habités qu'aujourd'hui: ils se nomment Varlaam, grande météore, Haghios Trias, Haghios Stéphanos, on y accédait par des échelles de cordes ou dans des paniers manœuvrés par un treuil du haut du monastère.
Olympie, où se jugeait la vitesse des jambes, la hardiesse, l'endurance, la force disait Pindare, c'est la plaine sacrée des jeux où Phidias avait son atelier. Les dieux mythiques circulent entre les ruines attendant sans doute que le baron de Coubertin prenne le relais au XXème siècle. C'est à Épidaure que naquit Asclépios, on retrouve un théâtre dont les lois acoustiques sont parfaitement respectées. Mycènes et les souvenirs d’Agamemnon et voilà que nous allons quitter cette terre sacrée.
O beauté simple et vraie des blanches colonnades, clarté de l’esprit, pureté du divin miroir, temple de la raison dans le ciel de l’Hellade, éternelle leçon de sagesse et d’espoir. Quand reverrons-nous l’Acropole ?

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam