• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

8794

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur
Sur le même thème

Bivouacs en Guyane [22681]

1950 précisément | Bernard QURIS

Contribuez !
Film amateur
Carton "Bernard Quris présente Bivouacs en Guyane".
Un homme tient un énorme reptile par la queue. Un homme pêche dans l'eau. Une famille ou un village d'amérindiens guyanais, vue à l'intérieur des habitations amérindiennes, portraits d'amérindiens, des femmes trient des bananes dans leurs carbets. Remontée d'une rivière en pirogue, ce sont des noirs guyanais qui perchent pour faire avancer la pirogue, vue sur les percheurs. Un amérindien vise avec un arc dans la végétation. Portrait d’amérindiens. Un prêtre fait son office en pleine jungle.
Carte de la Guyane avec le parcours effectué.
Carton "Le Cafesoca, premier saut de l'Oyapock est dominé par un poste de gendarmerie, Maripa, placé dans un paysage admirable ou un hôtel trouverait un site particulièrement beau". Vues sur l'Oyapock, le saut Maripa.
Carton : "Les canots sont chargés pour la remontée de l'Oyapock. Chaque matin, cette minutieuse opération devra être recommencée". Chargement des canots à moteur. Un homme debout sur la pirogue manœuvre à la rame.
Carton : "Saut Fourmi-Oyapock. Moins d'une heure après avoir quitté Maripa, les canots doivent être entièrement déchargés pour passer ce saut difficile". Les hommes manœuvrent les canots dans les rapides du fleuve en se jetant directement à l'eau.
Carton : "Oyapock, voici le chemin de l'enfer. Dans ce site encaissé, le courant est si rapide qu'il faut, à la montée, une heure et demi pour le franchir. Dix minutes suffisent pour le descendre".
Carton : "Remontée de l'Oyapock : série de sauts coupant le fleuve dont le courant reste toujours rapide". Une pirogue à moteur. Une pause déjeuner à l'ombre sur les rives du fleuve. Vues embarquées à bord du canot, sur le fleuve et la végétation.
Carton : "Un tapir qui l'échappera belle..." Un tapir nage dans l'eau. Les rameurs luttent contre le courant pour faire avancer les pirogues.
Carton : "Poste de Camopi, au confluent de l'Oyapock et du Camopi. Ici, sur cet étroit promontoire face à la rive brésilienne vivent le chef de circonscription, l'infirmier et le radio". Vues de Camopi, femmes amérindiennes dans leur carbet, portraits de femmes amérindiennes.
Carton : "Sur la Camopi, une solide équipe d'indiens Oyampis conduit le canot jusqu'à Saut Monbin". Des rameurs amérindiens mènent la pirogue. Vues sur la rivière Camopi.
Carton : "Bienvenue, dernier village sur le Camopi". Vues sur le village créole.
Carton : "Voici la chapelle de Bienvenue et ses cloches de bronze indice d'une prospérité passée". Vues sur le village de Bienvenue, les habitants du village, des créoles.
Carton : "Le Yanioue, saut important dresse le premier grave barrage sur le Camopi. C'est là que le Docteur Heckenroth fit naufrage en 1939". Déchargement des pirogues pour passer le saut. Passage difficile du saut, les hommes dans l'eau tirent les pirogues.
Carton : "Les sauts du Camopi sont très durs et obligent au portage des bagages sur de longs parcours terrestres". Des hommes portent sur leurs têtes les bagages à travers la forêt. Les hommes remettent les pirogues à l'eau. Nouveau saut, nouveau portage.
Carton : "Petit Tamouri : la végétation envahit de plus en plus la crique dont le confluent avec le Tamouri est presque impossible à découvrir".
Carton : "C'est sur ce parcours que disparut le courageux mais imprudent Raymond Maufrais". Progression difficile de la pirogue à travers la végétation qui couvre le Tamouri. Un homme coupe à la hache un tronc qui entrave la navigation
Carton : "Le petit Tamouri se rétrécit à chaque heure. Attention aux branches".
Carton : "Cet aigle gris régnant sur le petit Tamouri se croyait invulnérable" : deux hommes ont capturés un aigle gris et le présente à la caméra, ailes déployées. Des hommes coupent un tronc qui entrave la navigation sur la rivière. Des hommes sautent à l'eau pour dégager un autre tronc.
Carton : "C'est de ce Dégrad, le Dégrad Claude sur le petit Tamouri, de ce carbet, que partit le 15 janvier 1950, y laissant son hamac et son équipement, Raymond Maufrais, âgé de 25 ans, qui voulut lutter seul contre l'immense forêt guyanaise où il disparut sans laisser de traces". Vue du carbet de Raymond Maufrais laissé à l'abandon. On y voit encore le hamac pendu, la gamelle, une fourchette et des notes laissées par l'explorateur.
Carton : "Voici les rondins qui servirent à la confection du radeau avec lequel Maufrais espérait descendre le Tamouri. Remarquez la section hachée, révélant un homme inexpérimenté et épuisé. Ce radeau coula dès sa mise à l'eau, le 14 janvier 1950 et , le lendemain, Maufrais entreprit de descendre vers Bienvenue, distant de 120 kilomètres, à la nage". Vues sur le carbet abandonné de Maufrais. Deux amérindiens allument un feu pour le bivouac.
Carton : "Après 3 jours de marche dans un terrain très fatigant, la mission arrive au dégrad Hubert, sur la Ouaqui". Dégrad Hubert est situé à la source de l'Ouaqui. On confectionne le toit d'un carbet, préparation du bivouac, vue sur les membres de l'expédition, on prépare le repas.
Carton : "L'équipe venant du Maroni, qui avait dépassé, sur la Ouaqui, le lieu du rendez-vous, arrive après plusieurs jours de recherche au dégrad Hubert où elle est accueillie avec joie par l'équipe venue de l'Oyapock". Arrivée d'une expédition en pirogue. Un amérindien présente des singes qu'il a capturé. Fabrication d'un carbet. Cuisson de singes à la broche. Le repas.
Carton : "C'est maintenant la descente de la Ouaqui, rapide et d'autant plus encombrée et difficile que les eaux sont en forte décrue". Progression difficile de l'expédition dans peu de profondeur d'eau, des hommes dégagent des troncs en les coupant à la hache. On fait avancer à la main les pirogues à travers un enchevêtrement de végétation sur la rivière.
Carton : "Opération à éviter pour qui craint l'humidité". Les hommes hissent les pirogues à travers les rapides.
Carton : "Grigel, dernier village sur la Ouaqui". Vue sur le village, ses carbets, la population créole.
Carton : "Ancien poste de douane au confluent de la Ouaqui et du Lawa. Un infirmier, prolongeant l'action du médecin de Maripasoula, y sera prochainement installé".
Carton : "Assici, village Boni sur un ilet du Maroni".
Carton : "Boniville, capitale de la tribu des Bonis descendants d'esclaves fugitifs, ayant repris sur les fleuves américains la vie de leurs ancêtres africains". Vue sur le village avec ses cases. Portraits de Boni, des noirs guyanais.
Carton : "A Wakapou, les enfants traduisent par des charmantes danses la joie de la population à la visite du représentant du gouvernement français". Des jeunes créoles en tenue traditionnelles dansent. Danses créoles. Portraits de créoles.
Carton : "Remontée de l'Inini". Plan le dos du rameur.
Carton : "Un chantier aurifère dans la région de Dorlin". Des orpailleurs posent devant la caméra.
Carton : "M. Gougis devrait améliorer les ponts de ses chantiers (opinion d'un usager)". Des hommes avec des casques coloniaux passent difficilement une rivière sur un tronc qui s'est effondré.
Carton : "L'école de Dorlin et son institutrice Mademoiselle Marie Saint-Ange". Des écoliers guyanais.
Carton : "M. Jean Stockes, grand coureur des bois sera satisfait du résultat de sa bâtée". Un orpailleur cherche de l'or dans un ruisseau, GP sur le geste de l'homme qui tamise avec la bâtée. Il montre des pépites qu'il a obtenues.
De nouveau, les pirogues descendent une rivière en pleine jungle.
Carton : "Les enfanst du village Etats-Unis viennent saluer le représentant du gouvernement à Bigade, petite bourgade au confluent de l'Inini et de la Palofini". Un groupe de femmes et enfants avec des habits créoles tiennent un drapeau français. Ils viennent un à un faire la bise au Préfet.
Carton : "Remontée de la Palofini, longue et sinueuse". Des rameurs filmés de dos sur une pirogue. Un homme coupe du bois à la hache pour dégager le cours d'eau.
Carton : "Du Dégrad Sardine sur la Palofini, la mission doit gagner en deux jours de marche Saül, centre géographique de la Guyane, gros centre industriel de demain". Vue sur le village de Saül, un homme traverse un cours d'eau sur un rondin de bois.
Carton : "Patience, dernier dégrad facilement accessible sur la haute Mana".
Carton : "Ce bétail, élevé en plein cœur de la Guyane ne déparerait pas à nos plus beaux troupeaux normands". Des bœufs et des veaux en pleine forêt amazonienne.
Carton : "Le premier gros seau de la Mana, le saut X". Vue sur les rapides de la rivière Mana, passage délicat en pirogue.
Carton : "La descente de la Mana, aux sauts brutaux, presque infranchissables aux canots chargés, séparés par de longs biefs calmes exige des canotiers particulièrement habiles". Passage délicats de rapides en pirogue, les hommes hissent et tirent les pirogues pour les faire passer, un homme s'amuse dans les remous.
Carton : "Au bas de chaque saut un cimetière réunit les corps de ceux qui ont payé le tribut de leur vie au Génie malfaisant du fleuve. Au cimetière de Gros-Saut, sur la Mana, le R.P. Le Lay célèbre la messe pour le repos des âmes des défunts". Une messe en pleine forêt. Des hommes mettent périlleusement une pirogue à l'eau.
Carton : "Voici quelques vues en couleurs qui vous feront mieux apprécier les beautés de l'intérieur guyanais".
Carton : "Vous verrez comment vivent les derniers peaux-rouges de la Guyane, peuple doux et habile à la chasse comme à la pêche, véritables génies de la forêt et du fleuve, que la France se doit de sauver d'une dramatique disparition". Portraits d'amérindiens Guyanais, indiens Oyampis et Émerillons sur le Camopi. Amérindiens filmés dans leur vie quotidienne, à la chasse à l'arc. Portraits.
Carton : "Village Roucouyenne, Aloïké, sur l'Itany". On aborde en pirogue un village amérindien, Aloïké. Détails de l'intérieur d'une habitation. Les femmes et leurs enfants. Un retour de chasse : des hommes arrivent au village en pirogue. Portraits de femmes, d'enfants et d'hommes Roucouyennes (indiens Wayana). Les habitations du village. Départ du village en pirogue, la population rassemblée sur le rivage. On descend un grand fleuve, sans doute le Maroni.

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam