• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

7838

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur

Chroniques de la guerre d'Algérie, Saad Absi [27365]

2011 mai | Bernard ANDRIEUX

Film amateur

Ce film n'est pas disponible. Pour plus d'informations, contactez-nous.

    • Genre
    • Documentaire
    • Durée
    • 00:57:00
    • Coloration
    • NB et Couleur
    • Format durée
    • MM - Moyen métrage
    • Format original
    • Vidéo montage
    • Son
    • Sonore
    • Descripteurs
    • Algérie - Guerre - Résistance
Consistant en 52 DVD sur l’histoire de la guerre de libération nationale (1954-1962), sous le thème «Chronique de la guerre d’Algérie». Ces importants documents renferment des dizaines de témoignages d’acteurs de cette guerre et de personnes ayant vécu cette période, parmi les Algériens et les Français, outre des photos d’archives sur les évènements phares qui ont marqué la Révolution.

Saad ABSI. Né en 1928. Membre du FLN en France. El-Oued, Tebessa, Saint-Leu, Gennevilliers, Lyon
Né en 1928, il rejoint le MTLD en 1948. Arrêté le 3 novembre 54 avec de nombreux militants de ce parti, il est relâché à la demande du dirigeant de sa tribu. Il est de nouveau arrêté en septembre 55, incarcéré à Djorf puis à Saint-Leu. L’arrivée de Guy Mollet au pouvoir lui permet de bénéficier d’une libération avec interdiction du territoire algérien à l’exception de son village natal. Le FLN décide alors de l’envoyer en France en région parisienne. Il commence par travailler chez Valentine puis rapidement le FLN lui demande d’être permanent dans l’organisation dans laquelle il occupe des responsabilités plus grandes. Pris dans une rafle à la République en 58, il est incarcéré deux mois à Vincennes. A sa sortie, le FLN l’envoie à Lyon comme superzonal où il dirige la lutte contre le MNA. Il est de nouveau arrêté et emprisonné en mars 61. Il vit le putsch en prison et dans la crainte d’une intervention des mutins. Les gardiens leur font comprendre qu’ils sont de leur côté et il est rassuré par la présence de la « spéciale ». Il est libéré le 29 mars 1962. Après l’Indépendance, malgré son désir de regagner l’Algérie, à la demande de sa femme qui est en France depuis 1958, il reste d’abord à Lyon où il empêche les affrontements entre Kabyles et Arabes puis regagne Gennevilliers. Il est élu député en septembre 64 à l’assemblée algérienne. Le coup d’Etat de Boumediene en 65 lui fait rejoindre l’opposition.

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam