• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

8794

Films
en accès libre

RECHERCHE
  • Titre   Résumé   Réalisation   Séquences   Années  





  •  
    Champ
    Opérateur
    Valeur
Sur le même thème

Priziac, Langonnet, Le Croisty, Bubry [4380]

1949 précisément | Louis LE BRIS

Contribuez !
Film amateur | Bretagne
Récréation à l'école publique surveillée par les instituteurs (de Priziac?), la cour des garçons et la cour des filles, enfants en sabots. Mariage, cortège sortant de l'église accompagné par un accordéoniste et un saxophoniste, une danse gavotte Pourlet s'improvise (hélas, la caméra du cinéaste s'emballe). Des écoliers dans un petite commune, Une femme en coiffe file la laine avec son rouet au pas de sa porte pendant qu'un homme scie du bois (Scène posée ?). Partie de football, Le Faouët/Priziac. Une ronde dans la cour de l'école des filles. Scènes de marché à Langonnet (sousex). Partie de football Meslan/Le Faouët, portraits des spectateurs. Au Croisty, Un défilé précédé par la clique se rend à l'inauguration du monument aux morts, dépôt de gerbes et discours. Gros plans sur les footballeurs et les spectateurs. Les enfants d'une école à Bubry, sortie d'école en rang, l'instituteur en blouse grise, jeux dans la cour. Un marché avec de nombreuses femmes en coiffe.
Louis Le Bris (1912 - 2003) est né à Lanvénégen (Morbihan) dans une famille au sein de laquelle il a reçu une éducation très laïque. Du Faouët, il part à l'école privée supérieure de Quimper, puis il trouve un poste d'instituteur itinérant avant de se fixer, d'abord dans une école de hameau au Faouët puis à Le Saint.

Mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier à Dunkerque le 3 juin 1940 pour revenir au pays le 10 juillet. Jusqu'en 1945, il enseigne à Le Saint.

À cette période, le Ministère publie des annonces de ventes d'occasion. "J'ai réussi à récupérer un appareil de projection". Déjà à l'époque, Louis Le Bris se passionne pour le cinéma, attiré comme d'autres par les séances organisées par les forains du Saint.
Invité à Paris pour représenter le département à la reconnaissance de la ligue de l'enseignement, Louis Le Bris achète une petite caméra 16 mm. À partir de ce moment-là, il lâche l'enseignement pour être détaché au cinéma éducateur (un délégué par département) dont le siège était basé à Rennes. Une institution présidée par le recteur d'académie.

Pendant plusieurs années, avant de remettre sa blouse grise, Louis Le Bris va parcourir le département pour diffuser dans les écoles ou les salles communales des films ou des documentaires éducatifs. Le “monsieur cinéma” commande le film et le projette à Roudouallec, Langonnet, Plouray, Berné, Priziac... "C'était un sacré boulot. On organisait aussi des projections pour les adultes. Le curé avait son ciné. Je jouais les trouble-fêtes mais j'étais couvert, je dépendais de l’Éducation nationale. C'était ça la guerre scolaire", raconte-t-il avec conviction.

Louis Le Bris a filmé de 1945 à 1963. Il déposé ses films à la Cinémathèque de Bretagne dès 1991, faisant profiter au plus grand nombre ces documents remarquables sur les activités d'après-guerre, tant dans le quotidien que lors des événements locaux.

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam