• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

8144

Films
en accès libre

Depuis avril 2009, Entrefil, la newsletter de la Cinémathèque de Bretagne vous tient informé mensuellement des activités de la Cinémathèque en matière de collectages, diffusions culturelles, expositions ou documentaires utilisant nos archives.

S'inscrire à la lettre d'information

      • Entrefil n°139

          • Décembre/Kerzu 2021
          •  

            Septembre/Gwengolo 2021
             
            Focus sur...

            Entretien avec Mirabelle Fréville

            Le Musée de Bretagne et la Cinémathèque de Bretagne initient une nouvelle programmation aux Champs Libres autour du cinéma ethnographique.

            La programmation de ce cycle a été confiée à Mirabelle Fréville, réalisatrice, documentaliste et scénariste. Anthropologue et cinéaste de formation, Mirabelle Fréville a été successivement co-directrice du Festival du film court de Brest et des festivals Travelling et Doc Ouest.

            Le Cycle du cinéma ethnographique débutera ce dimanche 12 décembre avec une première séance autour du film Nanouk l’Esquimau de Robert Flaherty. C’est l’occasion d’interviewer Mirabelle Fréville pour qu’elle nous présente cette nouvelle programmation.

            Tout d’abord, qu’est-ce qu’un film ethnographique ?

            Les films ethnographiques sont des documentaires qui révèlent l’évolution sociale et culturelle des sociétés humaines et des relations de l’homme à son environnement. 

            Leurs auteurs, qu’ils soient ethnologues ou cinéastes ou les deux, ont toujours une légitimité avec leur sujet, une implication personnelle en raison de travaux de recherche portant sur le groupe filmé ou une très bonne connaissance de celui-ci. Ces films donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. Ils sont une source de questionnements sur le devenir des hommes en dépassant la placide description de la réalité pour sortir des chemins battus de l’exotisme.

            Comment as-tu construit cette nouvelle programmation ?

            Après concertation avec la Cinémathèque de Bretagne et le Musée de Bretagne, j’ai voulu mettre l’accent sur des œuvres variées qui peuvent sortir du schéma anthropologique académique, et à chaque fois proposer un film classique et un film contemporain s’intéressant à une même partie du monde.

            J’ai choisi des films qui ont des liens les uns avec les autres. Il est important qu’il y ait une cohérence dans une programmation pour que les films dialoguent entre eux dans leurs différences et leurs ressemblances. Ces résonances sont alors une matière sensible pour faire émerger des questionnements autant sur le cinéma que sur les sociétés passées et présentes. A travers ces films que j’aime profondément, je souhaite emmener le public simultanément sur plusieurs chemins pour partir à la découverte de territoires, de manières de filmer l’altérité, de partis pris de réalisateurs pour mettre au jour les nuances d’une réalité transmise par leur regard.

            L’objectif de cette programmation est aussi de créer un moment d’échanges avec le public en invitant à chaque séance un intervenant différent pour nous parler du film présenté. Il y aura une monteuse et une ethnologue, un chercheur en cinéma ou encore un anthropologue psychologue, autant de professionnels d’horizons variés qui gravitent autour des films ethnographiques.

            Nanouk l'esquimau
             
            First contact
             
            Eux et moi

            Quelles sont les parties du monde que tu nous invites à découvrir ?

            Les deux premières séances seront consacrées au grand Nord et à la société inuite. Le dimanche 12 décembre 2021, il s’agira de (re)découvrir Nanouk l’esquimau, le premier film ethnographique du cinéma dans lequel Robert Flaherty recourt à la fiction. Stéphane Pichelin, doctorant à l’université de Rennes 2 et auteur de l’ouvrage Robert Flaherty, une mythologie documentaire ; cinéma et anthropologie accompagnera cette première séance. Puis, le dimanche 30 janvier 2022 dans Inuk en colère réalisé par la jeune militante et cinéaste inuite Alethea Arnaquq-Baril, le regard est résolument engagé et contemporain. Pour cette séance, j’ai invité Céline Petit, ethnologue et chercheuse associée au Laboratoire SPHERE de l’Université de Paris-CNRS, qui mène ses recherches sur les sociétés inuites du Canada.

            J’ai également voulu mettre en lumière la Papouasie car il s’agit d’un continent peu connu et qu’il existe un film magnifique First contact qui décrit les premiers contacts entre les Papous et l’homme blanc en 1930 revisités par le duo réalisatrice/réalisateur Robin Anderson et Bob Connoly. Cette séance est programmée le dimanche 27 février 2022 avec comme invité Lorenzo Brutti, anthropologue, chercheur au CNRS et spécialiste de la Nouvelle-Guinée.

            En contrepoint, le dimanche 3 avril 2022 sera projetée Eux et moi, une comédie documentaire dans lequel Stéphane Breton révolutionne la relation « filmés filmant ». Catherine Rascon, monteuse notamment de Stéphane Breton, Claire Simon, Wang Bing, Sergei Loznitsa, sera présente lors de cette séance.

            Un grand merci pour cette belle programmation ! Avant de terminer, peux-tu nous dire quelques mots sur ton lien avec les archives audiovisuelles sachant que ton dernier film La Bobine 11004 produit par les 48ème Rugissants et En roue libre est sélectionné aux César 2022 dans la catégorie « Meilleur court-métrage documentaire ». L’archive audiovisuelle est le cœur de ton documentaire.

            Pour moi, l’archive audiovisuelle c’est déjà du cinéma. Un point de vue est donné sur la réalité qui est filmée. L’archive dit toujours quelque chose de celui qui est derrière la caméra. Dans les collections de la Cinémathèque de Bretagne, nombreux sont les cinéastes amateurs qui ont ainsi choisi de transmettre des parcelles d’eux-mêmes. En tant que réalisatrice ou documentariste, j’adore trouver les films d’archives où s’exprime le regard de celui qui tourne, il suscite mon imaginaire et me donne envie d’écrire un autre récit, de questionner ce premier regard.

            Dans La Bobine 11004, à partir des rushes d’un film tourné au Japon par l’armée américaine 8 mois après les bombardements atomiques, la première censure de l’histoire du nucléaire se dévoile image par image.

            Par Gaïd Pitrou
             
            Film du mois
            Extrait du film Racleurs d'océans d'Anita Conti
            Interview d'Anita Conti
             réalisée par la Cinémathèque de Bretagne (20 août 1991)
             
            Femme au parcours exceptionnel, Anita Conti a parcouru les mers et les océans dans le cadre de plusieurs missions scientifiques. Avec sa caméra, elle a su saisir les gestes des travailleurs de la mer et révéler la fragilité de l’écosystème marin. Dans cette interview réalisée par la Cinémathèque de Bretagne, Anita Conti commente son film Racleurs d’océans avec puissance et passion.
             
            Diffusions culturelles
             
            Dans ta tour Plogoff La Bretagne
            Ciné-conte :
            "Dans ta tour"  
             
            Vendredi 3 décembre
            Guilers (29)
             
            Dans ce spectacle à la croisée du conte et du théâtre, Matao Rollo, en habitant une galerie de personnages attachants, ambigus ou truculents, évoque la vie, l’amour, le vieillissement et la mémoire en perdition. Un récit sensible où se côtoient humanité, poésie et drôlerie dans une mise en scène...
             
            Ciné-rencontre :
            "Des histoires de... Plogoff"  
             
            Dimanche 5 décembre
            Guilers (29)
             
            Plogoff, février 1980. Toute une population refuse l’installation d’une centrale nucléaire à deux pas de la pointe du Raz, face à l’île de Sein, dans cette baie d’Audierne ouverte sur l’Atlantique. Six semaines de luttes quotidiennes menées par les femmes, les enfants, les pêcheurs, les paysans de cette terre finistérienne,... 
             
            Projection : "La Bretagne,
            entre clichés et humour"  
             
            Jeudi 9 décembre
            Nantes (44)
             
            Séance accompagnée et animée par la Cinémathèque de Bretagne.
            Bigoudènes, crêpes, cidre et autres pardons : tels sont les clichés souvent véhiculés sur la Bretagne. A travers leurs films, les cinéastes amateurs n'hésitent pas à mettre en scène avec humour cette vision d’une contrée aux traditions éternelles... 
             

             

            NOTRE SÉLECTION

            Le Club R-26 Nanouk l'esquimau La mer à l'envers
            Ciné-concert :
            "Le Club R-26"  
             
            Vendredi 10 décembre
            Saint-Herblain (44)
             
            Grâce aux archives audiovisuelles de
            la famille Perrier, la troupe de
            l'Alambic Théâtre fait revivre la formidable aventure du R-26, club d'artistes créé pendant l'entre-deux-guerres par Madeleine et Robert
            Perrier à Montmartre. Joséphine
            Baker, Sonia Delaunay, Le Corbusier, Django Reinhardt s'y côtoient dans
            une atmosphère intimiste mise en
            scène à travers des témoignages, des photographies, des archives...
             
            Une mise en scène de Norman Barreau-Gély et de David Rolland.
             
            Ciné-rencontre :
            "Nanouk l'esquimau"  
             
            Dimanche 12 décembre
            Rennes (35)
             
            Dans le cadre de la programmation autour du cinéma ethnographique proposé par Mirabelle Fréville, la Cinémathèque de Bretagne et le
            Musée de Bretagne.
             
            Chef d’oeuvre du cinéma documentaire, Nanouk l’Esquimau, est le premier film tourné dans l’Arctique. Durant l'été, dans l’Arctique canadien, Nanouk et sa famille, accompagnés d’autres Inuits, pêchent le saumon et le morse sur le fleuve. L'hiver et la famine guettent...
             
             
            Rencontres de la
            Cinémathèque : "La pêche : une histoire de femmes"
             
            Jeudi 16 décembre
            Brest (29)
             
            A l'invitation de la Cinémathèque de Bretagne, Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, spécialiste des archives audiovisuelles féministes, propose une sélection de deux films. Portaits de femmes, salariées d'usines ou épouses de pêcheurs, face aux réalités du monde de la pêche.
             
            Avec la participation de Yolande Josèphe, la réalisatrice de La mer à l'envers, et de Nicole Fernandez Ferrer du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.
             
             
             
            Facebook   Twitter   Instagram    Vimeo
             
             
            Depuis le mois de septembre, Tébéo invite la Cinémathèque de Bretagne pour animer une chronique 100% patrimoine audiovisuel. Deux lundis par mois, retrouvez-nous à 18h45 dans l’émission Bonjour Bretagne de Pauline Fercot et Julie Sicot. 
             
            La dernière chronique, consacrée au cinéma militant, a été l’occasion de mettre à l’honneur des réalisateurs engagés sur le front des luttes sociales.
             
             
            E brezhoneg
              Marv Anita Conti
            Anita Conti
            D’ar 25 a viz Kerzu 1997 e oa marvet Anita Conti e Douarnenez. Ganet e oa bet e 1899, hag abred-tre e oa bet fromet gant ar mor, betek dont da vezañ danvez he studiadennoù. Moroniourez gentañ Frañs e teuas da vezañ neuze.
            Da vare he beajoù niverus war vourzh bigi pesketa e verzas ne c’helle ket bezañ padus seurt pesketaerezh, hag e-touez ar re gentañ e voe oc’h embann e savfe kudennadurioù ekologel bras en dazont.
            #bzhg !
             
             
            En français
            Anita Conti, première femme océanographe française, est décédée le 25 décembre 1997 à Douarnenez.
            E 1991 he doa fiziet e Gwarez Filmoù Breizh un tregont film bennak sevenet ganti. Un digarez e oa bet evit atersiñ anezhi diwar-benn he film Racleurs d'océans savet e 1952 pa oa bet war vourzh ur vag pesketa en Douar-Nevez e-pad un nebeut mizvezhioù.
             
             
             

            Se désinscrire

      • Programmation 2022-2023
      • Collection Mémoire du travail
      • Entrefil
      • La boutique

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam