• Skrivit hoc'h anv implijer ha ger-kuzh er furmskrid amañ dindan

    Anv implijer
    Ger-kuzh

7219

film enlinenn

Abaoe 2009 e vez embannet bep miz Entrefil, lizher-kelaouiñ Gwarez Filmoù. Ennañ e vo tu deoc'h kavout a bep seurt titouroù diwar-benn ar filmoù nevez dastumet, skignadennoù, diskouezadegoù pe c'hoazh skignadennoù skinwel a implij hon dielloù.

 

Enskrivit d'al lizher-kelaouiñ !

      • Entrefil n°132

          • Avril/Ebrel 2021
          • Avril/Ebrel 2021

            Edito
            Le printemps est là, mais nous sommes pourtant contraints d’avancer à tâtons dans un espace géographique et social limité pour cause de pandémie. Plus que jamais les échappées culturelles sont nécessaires afin de trouver les ressources pour ne pas tarir notre imaginaire, élan vital vers l’avenir. L’équipe de la Cinémathèque de Bretagne continue de se mobiliser pour vous offrir des séances en ligne et vous faire découvrir plus de 7200 films désormais accessibles gratuitement sur notre site internet.
             
            En ce mois symbole de floraison et de renouveau, nous vous proposons une traversée dans nos collections avec une programmation entre montée de sève, soulèvements et luttes, pour garder le fil de nos désirs et de nos questionnements. N’hésitez pas à réserver dès maintenant vos places sur le site de la 25e heure pour les séances des rendez-vous du jeudi de la Cinémathèque de Bretagne.
             
            Nous vous invitons également à découvrir le fonds Langevin-Joliot-Curie et ses magnifiques images de famille à l’Arcouest, ouvrant un peu plus grand les fenêtres vers les douceurs estivales témoins de la force des amitiés et de leurs solidarités.

            Fonds Joliot-Curie

            En 1989, puis en 1997, Hélène Langevin et Pierre Joliot confient au Forum des images les films tournés par leurs parents, Irène et Frédéric Joliot-Curie, entre 1928 et 1957. Transférés à la Cinémathèque de Bretagne en 2018, ces films fourmillent d’images précieuses sur le clan Joliot-Curie, des images de leur quotidien en région parisienne, de leurs vacances à l’Arcouest ou à la montagne. Depuis leur dépôt à la Cinémathèque de Bretagne, ces films (9,5 mm et 8 mm) ont été tout d’abord numérisés, puis ont fait l’objet de recherches afin de les documenter. En 2019, Hélène Langevin et Pierre Joliot ont été interviewés afin de recueillir leur témoignage sur ces films. Tous les films du fonds Joliot-Curie sont désormais accessibles en ligne sur le site internet de la Cinémathèque de Bretagne.
             
            Nous souhaitons ce mois-ci vous présenter les films tournés en Bretagne par Irène (1897-1956) et Frédéric (1900-1958) Joliot-Curie. Irène Curie est la fille de Pierre (1859-1906) et Marie (1867-1934) Curie. Elle se marie avec Frédéric Joliot en 1926. Ils sont tous les deux chimistes et physiciens et se rencontrent à l’Institut du Radium dans le laboratoire de Marie Curie où ils sont assistants. Ils obtiennent ensemble le prix Nobel de chimie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle.
            Avec Mé
            Irène Joliot-Curie, sa fille Hélène
            et sa mère Marie Curie
            Depuis le début du XXe siècle, toute la famille Curie passe ses étés en Bretagne à l’Arcouest, petit village face à l’île de Bréhat dans les Côtes d’Armor. Les Curie font partie d’un cercle d’intellectuels parisiens venant régulièrement passer leurs vacances en Bretagne. 
             
            "Le physiologiste Louis Lapicque et son frère ont découvert l’Arcouest, avant 1900, et acheté les terrains, qui ne valaient pas grand-chose à l’époque. Mais c’est quand Seignobos est arrivé que tout a démarré. Les Perrin, Langevin, Joliot, Curie (toute l’histoire du nucléaire français) et autres ont suivi. Marie Curie, qui y venait depuis 1912, a ainsi fait bâtir la maison dans les années 20" raconte Pierre Joliot (Le Télégramme, 16 août 2013).
            Ce groupe rassemblant des scientifiques, des littéraires ou encore des artistes, formait une communauté partageant des engagements politiques socialistes et laïcs, des us et rituels propres se transmettant d’une génération à l’autre. L’historien Charles Seignobos se distingue comme la figure tutélaire de ce groupe. Ainsi, la romancière Marguerite Borel (Camille Marbo), amie de Marie Curie, écrit dans ses mémoires : "l’Arcouest, c’est une sorte de royaume sans roi, clos sur ses traditions, animé par un seul être qui rayonne en son centre : Charles Seignobos", surnommé unanimement « le Capitaine ». Peu à peu la légende s’est construite autour de ces amitiés électives  se retrouvant l’été pour vivre dans une joyeuse effervescence, plaisirs de la mer et émulations intellectuelles. Dans les années 30, certains journalistes appellent Sorbonne plage ce cercle d’éminentes personnalités qui compte, en effet, pas moins de quatre prix Nobel sur plusieurs générations : Marie Curie, Jean Perrin, Irène et Frédéric Joliot-Curie.
             
            Les femmes y jouent un rôle insigne, nombreuses sont des pionnières dans leur champ disciplinaire et deviendront des figures de référence pour des générations de femmes. Marie Curie, première femme professeure à la Sorbonne, Marguerite Borel, première femme présidente de la société des gens de lettres, Irène Joliot-curie, une des trois premières femmes membre d’un gouvernement français, et d’autres moins connues, premières femmes agrégées, médecins, linguistes, se côtoient et se succèdent à l’Arcouest.
            Arcouest les enfants 1930-1934
            La communauté Sorbonne plage
            en plein repos sur la terrasse de la maison de Marie Curie,
            avec notamment sa fille Eve (au centre en robe blanche)
            et Jean Maurain, fils du géophysicien Charles Maurain
            Arcouest 1928-1929
            Frédéric Joliot rame dans
            l'archipel de Bréhat 
             
             
             
             
            Pour aller plus loin :
            Pour toutes les générations, l’Arcouest est un lieu consacré aux vacances, pour respirer le grand air du large, s’amuser et faire du sport. On s’y détend à travers des activités diverses auxquelles participent les adultes et les enfants. 
            "Ils passaient leurs journées à aller, à la rame, dans des îlots pour se baigner et à faire du sport. Ils ne parlaient jamais travail. Ils avaient raison car quand on revient de vacances, on est plus intelligent...", explique Pierre Joliot (Le Télégramme, 16 août 2013).
            Les films témoignent de cette vie estivale arcouestienne qui durait plusieurs mois, toujours rythmée par les marées, les rendez-vous du matin pour répartir les baigneurs dans les canots de Charles Seignobos au lieu d'embarquement de l’accostage, les dîners à Taschen Bihan, la maison de l’historien, les veillées dansantes, les régates de Launay, les kermesses de l’école laïque de Ploubazlanec à la mi-août, la fête du Capitaine en septembre et, à partir du milieu des années 1930, l’anniversaire d’Hélène Joliot fin septembre. Née en 1927, elle incarne l’apparition de la troisième génération, celle qui perpétue la tradition de l’Arcouest. Ces images sont aussi le reflet d’une famille de scientifiques extraordinaires engagés politiquement dans les combats de leur temps.
            Vanessa Raguenes
            Le catalogue des collections du Musée Curie
            Les archives de la famille Joliot-Curie à la Bibliothèque nationale de France
             
            Arcouest 1946
            un film d'Irène Joliot-Curie et Frédéric Joliot
             
            "Arcouest 1946" est un film qui représente bien la richesse du fonds avec des images de la famille Joliot-Curie à l’Arcouest, des activités nautiques, du lieu incontournable de l’accostage, de la communauté soudée, de la kermesse de l’école de Ploubazlanec, des différentes générations arcouestiennes, ainsi que des membres du Commissariat à l’énergie atomique dans le jardin de la maison familiale.
            Arcouest 1946
             
            Frédéric et Irène (voir le film)
             
             
            Nous vous invitons à consulter régulièrement notre site et réseaux sociaux
            pour suivre les éventuelles modifications de nos séances.
            Montée de sève
            [EN LIGNE]
            Montée de sève
             
            Jeudi 8 avril à 20h
             
            Sur le site de la 25e Heure
             
            Marée noire, colère rouge
            [EN LIGNE] Ciné-rencontre
            "Marée noire, colère rouge"
             
            Jeudi 15 avril à 20h
             
            Sur le site de la 25e Heure
             
            La guerre du lait
            [EN LIGNE] Ciné-rencontre
            "La guerre du lait"
             
            Jeudi 22 avril à 20h
             
            Sur le site de la 25e Heure
             

            Facebook   Twitter   Instagram    Vimeo
             
            Télévision
             
            Une vieille industrie bretonne
            Emission Bali Breizh
            consacrée à Plouguerneau
             
            Dimanche 11 avril à 10h10
            sur France 3 Bretagne
             
            Fonds Richarme
            Emission Littoral
            Rencontre avec Yann Queffélec
             
            Samedi 17 et dimanche 18 avril
            sur France 3 régions
             

            Replay
            An alc'hwez aour
            An alc'hwez aour
             
            jusqu'au 9 avril 2021
             
            Un documentaire de Mikael Baudu
            (2020, 52 min), produit par Gwengolo Filmoù.
             
            20 secondes de Cyclisme à Chateaulin
            (Roger Bernard, 1958-69) sont présentes
            dans le film.
            Maner Laou
            Maner Laou
             
            jusqu'au 16 avril 2021
             
            Un film de Mai Lincoln (2020, 50 min),
            avec Annie Coz, produit par Kalanna.
             
            Quatre minutes d'archives de
            la Cinémathèque de Bretagne sont
            utilisées dans le film.

            Henaff
            Henaff ou le mystère de
            la petite boite bleue
             
             
            Un documentaire de Gérard Alle (2013, 52 min)
            produit par Tita Production.
             
            Plus de 5 minutes d'archives conservées à la Cinémathèque de Bretagne apparaissent dans le documentaire.
             
            Ouessant 1947
            Une fille
            de Ouessant
             
             
            Une fiction d'Eleonore de Saintagnan (2018, 28 min), produit par Michigan Films et Mains d’œuvres.
             
            Plus de 8 minutes 30 d'archives de la Cinémathèques sont utilisées dans le film. Le film Ouessant 1947, tourné par l'Abbé Mocaer constitue la source principale.
             

            Porzh Sant-Nazer
             
             
            Porzh Sant-Nazer
             
            D'ar 1añ a viz Ebrel 1966 e oa sinet an dekred evit reiñ lañs da borzh emren Naoned-Sant-Nazer. 
             
            Ar film "Le port de Saint-Nazaire" a oa bet sevenet gant André Batillat just goude an eil brezel bed, etre 1947 ha 1949. Dizoleiñ a reer holl obererezhioù ar porzh, ar bon splujerezhioù alaman hag al listri "Saint-Luc" hag "Europa" (deuet da vezañ "Liberté).  
            #bzhg !
             
             
            En français
            Le décret annonçant la création du port autonome Nantes-Saint-Nazaire est signé le 1er avril 1966  (Voir le film).
             
            Cinémathèque de Bretagne

            Se désinscrire

             
      • 12 Untitled design.jpg
      • Mar plij
      • Emezelit !

      • 16 une 800x462.jpg
      • En-dro d'ar
      • Filmoù

      • 6 Entrefil 4.JPG
      • Lizher-kelaouiñ
      • Entrefil

      • 2 DVD.jpg
      • Dizoloit
      • Ar stal

Lizher-kelaouiñ Gwarez Filmoù

Lakait hoc'h anv evit resevout an holl ditouroù

Powered by diasite
Designed by diateam